Centre médico-psychologique de l'enfant

Un pôle pédiatrique et pédopsychiatrique ouvre au printemps 2017 à Gignac, afin d’améliorer la prise en charge des troubles psychologiques, physiques et/ou comportementaux des enfants et des jeunes en cœur d’Hérault.

Le bâtiment avant travaux

Ce centre regroupe en un même lieu trois services :

  • centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP)
    Pour les jeunes enfants jusqu’à 6 ans dont le développement doit être suivi, présentant des retards de langage, des difficultés motrices (grande prématurité…) Rattaché au CHU (Centre hospitalier universitaire) de Montpellier.
  • centre médico-psychologique de l’enfant et de l’adolescent (CMPEA)
    Pour les enfants et jeunes jusqu’à 16 ans ayant des troubles du développement, troubles des apprentissages, troubles de l’attention, troubles anxieux… Rattaché au CHU de Montpellier.
  • centre médico-psycho pédagogique (CMPP),
    Pour les enfants et jeunes jusqu’à 20 ans ayant des difficultés d’adaptation, difficultés scolaires, troubles du comportement… Géré par l’association PEP34.

Ces services sont des lieux de consultations sur rendez-vous. Il ne s’agit pas d’établissements d’hébergement, d’hospitalisation ou de scolarisation spécialisée. Les enfants et jeunes sont en général orientés vers ces services par les professionnels de la santé et de l’enfance (médecin traitant, service de protection maternelle et infantile, école, crèche...) hormis pour le CMPP que les familles doivent contacter de leur propre initiative.

Le contexte et les enjeux du projet

Un seul service existait initialement sur le territoire : le Centre médico-psychologique de l’enfant et de l’adolescent (CMPEA) intervenant auprès d’enfants et de jeunes âgés de 0 à 16 ans. Il était implanté depuis 1976 à Clermont-l’Hérault.

Un certain nombre d’enfants repérés par les acteurs locaux comme ayant des difficultés ne pouvait donc pas bénéficier d’une prise en charge spécialisée adaptée à leurs besoins. Par ailleurs, aucun pédiatre ou pédopsychiatre libéral ne pratiquait sur le territoire.

L’état des lieux engagé en 2009 avec les acteurs locaux (commission santé du Pays) dans le cadre du projet régional de santé a donc mis en évidence ce déficit d’équipements en termes de pédopsychiatrie. Le Contrat local de santé, signé en 2013 entre le Pays cœur d’Héraut et l’Agence régionale de santé (ARS), a comporté par conséquent, parmi ses trois axes, un axe sur la santé mentale des jeunes.

La mise en place par étapes du projet

En 2011, le CMPEA a déménagé dans le centre de Gignac. En janvier 2014, les bilans et les ateliers thérapeutiques collectifs d’un hôpital de jour pour enfants et adolescents sont venus compléter la prise en charge proposée au CMPEA.

En septembre 2013, un nouveau service, dépendant du CHU de Montpellier, a pu ouvrir : le Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP). Il s’est implanté temporairement dans la zone d’activités de la Garrigue à St-André-de-Sangonis.

Enfin, à la rentrée 2015, un Centre médico-psychopédagogique (CMPP) s’est implanté temporairement dans le lieu futur de regroupement des trois services à Gignac, en attendant les travaux d’aménagement. Le CMPP est porté par l’association des Pupilles de l’enseignement public de l’Hérault (PEP34), qui gère également l’institut médico-éducatif « L’Ensoleillade » de St-André-de-Sangonis.

Le regroupement des trois services

Le projet permet aujourd’hui de regrouper dans un même lieu ces trois services afin de mieux coordonner leur action et d’apporter de meilleures conditions d’accueil. La localité choisie a été Gignac en raison de sa bonne accessibilité depuis l’ensemble du territoire et de la répartition géographique du public concerné.

Le déménagement de l’Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) « Le Micocoulier » de Gignac a rendu disponibles des locaux adaptés au projet. Le pôle occupe donc l’aile ouest de l’ancien EHPAD sur une surface d’environ 540 m².

La ville de Gignac est maître d’ouvrage pour l’aménagement de ce pôle avec l’appui de la Communauté de communes Vallée de l’Hérault.

Le coût d’aménagement est de 400 000 euros, avec le plan de financement suivant :

  • communauté de communes Vallée de l’Hérault 82 000 €
  • commune de Gignac 82 000 €
  • département 90 000 €
  • ARS 87 000 €
  • communauté de communes du Lodévois-Larzac 15 000 €
  • communauté de communes du Clermontais 15 000 €

Informations annexes au site