Historique de l'abbaye

Du huitième au vingtième siècle, l'abbaye a traversé treize siècles d'histoire de France.

Douze siècles d’histoire à l’abbaye d’Aniane

Tout commence en 782 avec l’arrivée de Wittiza, mieux connu aujourd’hui sous le nom de saint Benoît d’Aniane, en val-lée de l’Hérault…

Il fonde l’abbaye bénédictine d’Aniane et s’installe dans les dernières décennies du VIIIe siècle sur le territoire du futur village d’Aniane. Wittiza, aristocrate wisigoth et fils d’Aigulfe, comte de Maguelone, prend rapidement le nom de Benoît, en hommage à Benoît de Nursie, auteur au VIe siècle d’une règle monastique qu’il va réformer.

À partir de 782 Benoît d’Aniane construit un monastère qui inclut une église dédiée au Saint-Sauveur. Cette abbaye devient le pôle de diffusion de la règle bénédictine dans le royaume d’Aquitaine. Benoît d’Aniane est appelé à la cour de Louis le Pieux (Aix-la-Chapelle) pour réformer les monastères et diffuser la règle bénédictine sur l’ensemble de l’Empire carolingien.

Après des périodes d’affaiblissement et d’épanouissement au cours du Moyen Âge, l’abbaye d’Aniane connaît un  épisode tragique : en 1562, lors des guerres de religion, elle est en grande partie dévastée et l’abbatiale Saint-Sauveur est ruinée.

En 1633, l’abbaye d’Aniane est rattachée à la congrégation de Saint-Maur qui obtient la reconstruction des bâtiments conventuels et de l’église Saint Sauveur. Les mauristes s’engagent dans un long chantier qui sera à peine terminé à la Révolution française.

Suite à sa mise en vente en 1791, la famille Farel achète le lieu pour le transformer en filature. Celle-ci fonctionne de 1793 à 1843 et accueille jusqu’à 150 ouvriers.

En 1842, le directeur de la  maison centrale de Montpellier visite l’ancienne abbaye d’Aniane dans le but d’y installer un nouveau centre pénitentiaire qui entre en fonction dès 1845. De grands travaux sont alors réalisés : nouvel accès, construction des ailes de la cour d’honneur, du mur d’enceinte, de la caserne (école élémentaire actuelle) ; ajout d’un second étage sur l’un des bâtiments conventuels pour augmenter la capacité des  dortoirs de la maison centrale. En 1885, la maison centrale est remplacée par une colonie industrielle pour jeunes délinquants. Cette colonie accueille des mineurs qui travaillent dans des ateliers. Ils produisent tout le nécessaire pour l’institution et les autres Maisons d’Éducation Correctionnelle du pays. Les principaux changements suivent l’ordonnance de 1945. Celle-ci entraîne la généralisation des tribunaux pour enfants, la création du poste de juge des enfants et des Institutions Publiques d’Éducation Surveillée (IPES). Aniane prend le statut d’IPES en 1953 privilégiant ainsi la formation professionnelle par l’obtention de CAP avant d’évoluer en Institut Spécialisé d’Éducation Surveillée (ISES) en 1975. Ces deux dernières étapes  traduisent une volonté d’éducation et de réinsertion. Le Ministère de la Justice ferme définitivement le site en 1998.

L’ensemble est classé au titre des monuments historiques en 2004. Il est racheté par la Communauté de communes Vallée de l’Hérault en 2010, et intégré dans la démarche Grand Site de France.

Le patrimoine architectural de l’abbaye

Le site de l'abbaye est spectaculaire par son immense emprise au sol (30 000m²) mais aussi par la diversité de ses composantes :

  • l’église Saint-Sauveur, toujours en activité, est le lieu de culte catholique de la commune 
  • la cour d'honneur de 2 000 m² bordée par une ancienne chapelle qui fit office de théâtre pendant les années 1990-2000
  • le cloître qui servit de cour principale pour les détenus
  • les anciens ateliers de travail et leur cour
  • les anciens bâtiments du complexe abbatial mauriste
  • ainsi que d'autres bâtiments annexes et un mur d'enceinte dont il est possible de faire le tour au coeur du village. 

Aniane, village languedocien d'histoire et de caractère

Aniane, siège de l'abbaye Saint-Benoit, au nord de la vallée de l’Hérault et à vingt minutes de Montpellier par l’A750, compte à peu près 3 000 habitants. Située à l’ouverture des gorges de l'Hérault, Aniane a toujours été un carrefour. Elle est placée sur le passage de la voie toulousaine du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le village possède une activité traditionnelle agricole et artisanale, mais également une riche activité culturelle. Située dans le périmètre labellisé Grand Site de France Gorges de l’Hérault, elle se caractérise par une forte concentration de patrimoine historique à mettre en valeur. 

Informations annexes au site